Chargement

Les origines de Chaman

Chaman est surtout fort dans sa tête.

VIVA 7 Jours vous propose une série d’enquêtes sur les origines de l’équipe d’animation du Village-Vacances. Aujourd’hui, nous nous attardons à l’histoire de Chaman.

C’est bien connu, les amérindiens ont longtemps fréquenté les terrasses glaciaires du Village-Vacances. Ils chassaient sur les hauteurs du plateau de Saint-Étienne et pêchaient dans l’anse du même nom. On les rencontre encore à l’occasion en forêt, mais ils se font aujourd’hui nettement plus discret.

Chaman est né dans une tribu malécite qui remontait chaque année le Saguenay pour aller faire du troc au poste de Chicoutimi. Très tôt, il s’est découvert une petite tendance mystique. À l’âge de 8 ans, il communiquait pour la première fois avec l’esprit d’un orignal chassé par son oncle. Dès l’âge de 13 ans, il avait des contacts réguliers avec les esprits qui peuplent le fjord du Saguenay. On l’envoya donc suivre un stage d’apprenti avec un grand chamane du Bas-du-Fleuve.

Promis à un bel avenir, il consacra plusieurs années à apprendre mille rituels pour guérir les corps et les âmes. On lui attribue pendant cette période plusieurs innovations dans le domaine. C’est lui qui eut en premier l’idée d’utiliser de l’écorce de bouleau jaune bouillie mélangée à du foie de castor fermenté pour guérir les insuffisances cardiaques. Arrivé à l’âge adulte, il était mûr pour retourner dans sa tribu et faire la médiation entre le monde des esprits et le monde des humains.

Or, quelle ne fût pas sa surprise à son retour de constater que ses compagnons d’antan s’étaient entretemps convertis au christianisme. Et pas à n’importe laquelle de ses branches d’ailleurs : à l’Église adventiste du septième jour. Fini le culte des cervidés célestes. Zélote jusqu’au bout des doigts, Chaman s’affaira donc à reconvertir sa tribu aux cultes ancestraux, sans grand succès.

Après quelques semaines d’efforts improductifs pendant la remontée du Saguenay, le chef de la tribu, exaspéré, condamna Chaman à l’exil lors d’un arrêt dans l’Anse-Saint-Étienne. Piteux, le pauvre mystique erra quelques jours sur les battures et dans les collines. Il fut découvert prostré par une ribambelle d’enfants se rendant à la Chute à Mario. On l’adopta sur-le-champ, le Village-Vacances étant une terre d’accueil pour les excentriques dans son genre. Depuis, il a perdu foi dans la foi, mais on raconte qu’il lui arrive en fin de soirée d’invoquer les esprits de la forêt.

Autres articles

Lire l'article

Le Festi-Bouffe : de la gastronomie pour tous!

Depuis le début des années 2000, le Village-Vacances Petit-Saguenay organise le Festi-Bouffe, un souper gastronomique qui...

Lire l'article

5 façons d’économiser sur votre séjour au Village-Vacances Petit-Saguenay

Les familles raffolent du Village-Vacances Petit-Saguenay et y reviennent année après année. Certaines familles reviennent même...

Lire l'article

3 raisons pourquoi vos vacances chez VIVA sont un réel voyage détente

Lorsque vous fermez l’œil et que vous rêvez à vos prochaines vacances en famille, prennent-elles la...